• L'enlèvement de John.

      Je le vois... Il est entièrement vêtu de noir : des chaussures, un pantalon, une veste à manches longues, des gants et une capuche cachant ses cheveux... Il semble avoir environ mon âge. Il attend assis sur la chaise, un téléphone dépasse de la poche de son pantalon. Malgré ces longues minutes où nous sommes obligés de patienter seuls, rien que tous les deux, il ne prend pas la parole. D'ailleurs depuis le début je n'ai jamais entendu sa voix... Pourtant il sera bien obligé de parler au moment de l'appel, non ? En plus de ses manières afin de préserver sa voix, il fait toujours en sorte de me tourner le dos... Il ne veut pas que je vois son visage... Est-ce que je le connais ? Enfin, il y a surtout une question que je me pose... De toute évidence, cet homme vient de m'enlever, mais alors pourquoi... Pourquoi n'ai-je à aucun instant eu peur ? Je n'éprouve aucune crainte... Bon ok, c'est vrai, j'ai les mains attachées dans le dos et les menottes sont accrochées au poteau, ce qui techniquement m'empêche de m'enfuir... Cependant, j'ai eu le droit à un petit coussin confortable pour ne pas m'asseoir à même ce sol glacial. Ce qui en soi, est, si je ne me trompe pas, exceptionnel dans ce genre de situation. C'est peut être pour cela que je ne suis même pas inquiète. Je ressens une sorte de fascination pour cet être qui commet un acte affreux mais le fait tout en douceur...

      C'est si étrange.

      Après un long moment de silence, j'ose enfin prendre la parole. Je me surprends par mes propres propos :

    « C'est toi, n'est-ce pas ? »

      Je vois son dos vouté se redresser. Il ne parle pas, mais je sens que j'ai attiré son attention... Sans trop savoir ce que je fais, j'enchaîne :

    « Je n'ai pas oublié notre première rencontre, d'ailleurs jamais je ne pourrais le faire. Il y a cinq ans, un mercredi matin, à 11h40 me semble t-il. Ce jour là, tu m'as sauvé la vie.»

      Cette fois-ci il se lève complètement et s'éloigne un peu plus de moi. Visiblement, c'est bien lui, et il ne s'attendait pas à ce que je le reconnaisse. Pour être honnête, je ne m'y attendais pas moi non plus. Il s'éloigne probablement pour être certain que je ne vois pas son visage. Mais pourquoi ? Pourquoi fait-il tout ça ? Je décide finalement de lui poser la question :

    « Pourquoi ? Tu m'as enlevé, tu vas sans doute demander à mon père une rançon. C'est donc l'argent qui t'intéresse. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas être allé le voir directement, je t'aurais reconnu, et pour m'avoir sauver la vie il t'aurait récompensé généreusement. En prenant la decision que tu as prise tu t'es inutilement mis en danger étant donné que mon père va certainement envoyer des hommes me chercher dès qu'il aura l'occalisé l'appel... Tu as donc encore moins de chance de recevoir l'argent que tu souhaites. »

      Mais qu'est-ce qui me prend de dire des choses pareils... En temps normal lorsque quelqu'un est kidnappé il promet et souhaite absolument qu'une personne paye la rançon... Il ne va pas lui dire que l'argent ne lui sera jamais versé... J'observe attentivement mon ravisseur. Dans le silence qui règne, j'entends son souffle. Il prend de grandes inspirations comme s'il essayait de se calmer. Je vois son poing se serrer. Il finit par prendre la parole ! J'entends enfin sa voix !

    « Inutilement mis en danger. Inutilement mis en danger ? Sais-tu seulement ce que j'ai pu endurer au cours de ma vie dans un même et unique but ? Non, bien sûr que non... En tout cas, ce que tu dois savoir c'est que je ne prends jamais de risque qui n'en valent pas la peine. Il y a cinq ans, lorsque j'ai entendu tes cris, je me suis précipité dans le batiment. Tu te débattais dans les bras d'un homme dont il ne se dégageait rien de bon. Ayant bénéficié de l'effet de surprise, je lui avais sauté dessus, le forcant ainsi à te relacher. A ce moment, il s'était retourné vers moi et avait sorti un couteau de sa ceinture. Je t'avais crié de t'enfuir, chose que tu avais fait immédiatement. J'en étais rassuré. J'avais retenu l'homme pendant ce temps, évitant ses coups en courant et sautant. Evidemment, un enfant de quatorze ans ne pouvait pas se battre longtemps contre un homme de trente ans qui avait passé une grande partie de sa vie à se muscler... Il était furieux contre moi... Il m'a donné un gros coup de coude dans le ventre, suite à cela je ne pouvais plus bouger... Juste pour son plaisir personnel et par vengeance car j'avais permis à la petite de s'enfuir, il m'a cassé une jambe et m'a laissé des traces sur le visage et sur le bras à l'aide de son couteau... Autant te dire que je me sentais pas trop bien... Juste avant de me laisser dans un piteux état, il m'a dit « Je ne te tue pas gamin. Cette fille a de l'importance à tes yeux sinon tu ne serais pas intervenu. Je te laisse donc vivant pour que tu réalises à quel point tu es bête de t'être attaché à elle... Ses parents ne te laisseront jamais l'approcher. Et elle n'aura jamais envie de s'approcher d'elle-même. Alors une fois que tu auras compris qu'elle est inatteignable et que tu auras pleurer toutes les larmes de ton corps, je t'acheverais en la tuant, t'otant ainsi tout espoir. ». J'en ai encore des frissons... Je connaissais personnellement un médecin qui m'a soigné alors que je n'avais pas un sous et que je n'avais personne à qui en demander. Je le remercierai jamais assez. En grandissant, j'ai continué de t'observer de loin, afin de te protéger en cas de besoin. J'ai également mener une enquête sur l'homme qui nous avait agressé, j'ai appris qu'il avait perdu une somme importante d'argent et qu'il considérait ton père comme fautif. Je savais donc qu'il allait s'en prendre de nouveau à toi. Pour l'argent, par vengeance envers ton père et moi aussi, pour son plaisir personnel en soit... Si je t'ai enlevé aujourd'hui, c'est parce que je n'avais plus le choix. Premièrement, je ne supportais plus de me tenir dans l'ombre, de ne pas pourvoir te contacter, t'admirer, te toucher... Deuxièmement, et c'est surtout celui-ci qui m'a obligé à agir; l'homme avait prévu de t'enlever aujourd'hui-même. J'ai surpris une de ses discutions, il allait te kidnapper, demander une rançon, prendre l'argent et te tuer en s'accordant le plaisir de choisir ta mort... Ce type est fou ! Et dangereux qui plus est ! Si je t'ai emmené ici, ce n'est pas pour demander une rançon, c'est juste pour te savoir à mes côtés. Te savoir en sécurité. Je refuse qu'il te soit fait du mal. »

       Je reste muette, ne sachant que répondre face à tant de révélations... Ce jeune homme devant moi qui vient de me dire ce qu'il a sur le coeur, sacrifie toute sa vie depuis cinq ans rien que pour me protéger... Ses paroles étaient emplies d'émotions et ses mots resonnaient à mes oreilles comme s'ils étaient en moi. Comme s'ils avaient toujours étaient en moi. Soudain un drôle de sentiment me submerge. Quelque chose de fort que je n'avais jamais ressenti. Celui qui m'a sauvé deux fois désormais ne m'a toujours pas montrer son visage... D'une voix légèrement tremblante, je lui demande de s'approcher, je veux plonger mon regard dans ses yeux. Après un moment, il vient. Je me lève, bien que j'ai toujours les mains attachées dans le dos autours du poteau. Bientôt nous nous faisons face. Sa capuche cache toujours son visage, il la soulève dévoillant des yeux plus bleus que l'océan. Magnifiques. Néanmoins, je grimace en voyant la cicatrice qu'il a sur la joue gauche. C'est à cause de moi qu'il a souffert, cette marque montre à quel point je suis dangereuse pour lui... Je me mets à pleurer doucement. Il me prend instinctivement dans ses bras et me berce. Poussée par une énergie inconnue, je pose mes lèvres sur les siennes. Il ne me repousse pas, au contraire, et j'en suis ravie. Un merveilleux sentiment de chaleur s'empare de moi. Je ne me suis jamais sentis aussi en sécurité, et ce même lorsque j'étais entourée de quatre hommes armés engagés par mon père. Alors que nos lèvres ne cesse de se trouver, je réalise que je ne connais pas son prénom, et que je ne connais d'ailleurs pas grand chose de lui. Je pense à tout ce qu'il a fait pour moi et comprends que je lui dois tout. Je veux l'enlacer, mais je ne peux pas à cause de mes menottes. Saletés de menottes ! Puis je finis par me dire que leur présence est une bonne chose. Si elles n'étaient pas là je ne sais pas ce que j'aurais fait à cet homme que je ne veux désormais plus quitter... D'un coup il me lache et se recule d'un petit pas. Sur son visage je lis une expression qui signifie clairement qu'il est désolé, qu'il a fait quelque chose qui lui est interdit. Il doit certainement repenser au parole de notre agresseur... Mais pourquoi donc ne pourrait-il pas m'atteindre ? Il n'y a aucune raison. Je dirais même plus, il a desormais le devoir de rester à mes côtés. Je le regarde dans les yeux et lui demande :

    « Quel est ton nom ?

    - … John.

    - Et bien John, je t'aime. »

      Je l'embrasse de nouveau alors que la surprise et le bonheur illuminent son visage. 

    Toshigome

    « Sondage n°4Nausicaä de la vallée du vent »

  • Commentaires

    1
    Mardi 24 Septembre 2013 à 19:02

    J'ai prit un peu de temps pour décortiquer le texte x') 

    Donc, une histoire d'amour, oui j'aime . Le style du texte est bien mais d'un côté , je ne sais pas trop il me manquait un peu de fluidité, ça faisait un peu pour ainsi dire " lourd " . 

    J'ai observé quelques petites choses :

    Noirs --> noir plutôt ?

    De tout --> de toute

    poig --> poing

    Et " il est complètement fou " ou " il est fou " se répète trop souvent je ne sais plus où mais je l'ai souvent vu.

    Pour finir, c'est mignon~ mais la fille tombe trop vite amoureuse, elle pourrait y aller plus progressivement. D'ailleur j'aime beaucoup Jonh haha x')  j'apprécie tout particulièrement la plupart de tes personnages masculins ! ( la fille pourrait se sentir à l'aise plus progressivement aussi, quand on se fait enlever , on développe des instincts de survie xD ) 

    Enfin voilà voilà~ Bonne continuation :3

    2
    Mercredi 25 Septembre 2013 à 16:17

    Merci beaucoup de m'avoir donné ton avis ! 

    Je n'avais jamais trop écrit d'histoire d'amour et étant donné que je n'ai jamais ressenti l'émotion j'ai imaginé ce qu'elle pourrait penser sans me baser sur des faits connus x) Peut être que le manque de fluidité est dû à cela, mais je ne sais pas vraiment comment je pourrais alléger le texte :/ Est-ce que le mot visage est trop souvent dit ?

    J'ai modifié noir et poing ainsi que le passage avec répétion du mot fou, par contre je n'ai pas trouvé "de toute", je le trouverai sans doute plus tard quand j'essayerai d'améliorer encore le texte (si je trouve un moyen, ne sait-on jamais) ^^

    Je me suis dit que pour que la fille tombe progressivement amoureuse, une histoire courte ne suffirait pas, c'est pour cela qu'elle a vite compris ce qu'elle ressentait x) Ou au pire, on peut s'imaginer qu'elle l'aime depuis qu'il l'a sauvé il y a 5 ans ;P Je suis ravie que John te plaise :) J'ai écrit de façon à ce que la fille se sente directement à l'aise afin de faire comme une aura bienveillante autours de John, comme si quelque chose d'invisible lui donnait directement une sensation de bien être quand il est présent. Mais effectivement, c'est très étrange ça réaction alors qu'elle se fait enlever xD

    Penses-tu que je peux mettre le texte en ligne ?

    Merci encore ! :D Bonne continuation à toi aussi ;3

    3
    Mercredi 25 Septembre 2013 à 17:37

    Tu pourrais te gaver d'histoire romantique afin de voir un peu le style :)

    et pour visage , sûrement je ne sais plus, mais " c'est si étrange " aussi est souvent répété je crois.

    Pour toute, c'est à : " de tout évidence " 

    Pour la publication, peut être , et en t'aidant des commentaires, tu pourrais faire un : " enlèvement de Jonh bis " xD 

     

    4
    Mercredi 25 Septembre 2013 à 17:57

    Je pourrais, mais bien que j'en lis quelques-unes, ce n'est pas mon sujet préféré ^^

    D'accor,d je vais enlever un peu de visage alors ^^ Ah bon ? J'étais persuadée de l'avoir mis une seule fois >_<

    D'accord, merci :) Je modifie cela de suite.

    Peut être ? Ca veut dire que c'est à moitié présentable ? xD Oui, je pourrais m'amuser à faire une autre version en suivant tous les conseils donnés, ou alors une autre histoire courte qui suivrait tout de même les conseils :)

    5
    Mercredi 25 Septembre 2013 à 20:26

    Peut être , c'est à dire que chaque chose n'est jamais réellement parfaite donc on pourrait la modifier infiniment , cependant afin de pouvoir progresser et s'améliorer, il faut un avis extérieur varié, donc oui je pense que tu pourrais sûrement le publier. Sinon en soit le contexte fait légèrement cliché (haha, je dis ça alors que j'en suis une habituée x') ) , mais l'attention et le texte et bien. C'est ce que souligneront principalement les gens :)

    6
    Mercredi 25 Septembre 2013 à 21:25

    Oui, c'est vrai. Dans ce cas je le ferai probablement demain (je ne sais pas pourquoi je ne veux pas le publier aujourd'hui). J'ai tapé dans le cliché volontairement afin de changer de mes autres histoires courtes où presque qu'à chaque fois j'essayais de faire une fin surprennante x) D'accord, merci encore pour ton avis ^^

    PS : J'écrirais d'autres textes de meilleures qualitées, ne t'en fais pas :P

    7
    Mercredi 25 Septembre 2013 à 21:45

    Bien sur, je n'en doute pas :)

    8
    Vendredi 18 Avril 2014 à 19:33

    La romance? Ce n'est vraiment pas mon truc. Mais dans ce cas, ce n'est pas niai, c'est joliment écris~
    Bref, j'aime bien. ^^

    9
    Vendredi 18 Avril 2014 à 19:41

    Merci bien, je suis heureuse que ça t'ait plu :)



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :